Rechercher dans ce blog

vendredi 23 février 2018

Maisons d'édition et pistons

Le piston dans le milieu littéraire


Depuis mon dernier article, je vous vois venir, vous vous dites : "oooh la pauvre chérie, elle n'a pas été admise dans un concours avec ces supers notes de lectrices, et elle va encore pleurnicher alors qu'elle a été éditée !!!" (oui je sais, je ressemble un peu à ces élèves qu'on a envie de baffer parce qu'ils pleurent pour avoir eu un 19/20)

Non non je vous rassure, je ne suis pas fâchée contre le système ! 
Mais soyons honnêtes, si on ne s'appelle pas Marc Levy, on a très peu de chance de vendre nos bouquins à un grand éditeur. Vous en connaissez beaucoup, vous, des romanciers inconnus à qui une grosse maison a donné sa chance ?? Ben moi j'en connais aucun.
Vous me direz, je n'ai pas la science infuse ! Pas faux.


Avons-nous une chance de percer dans le milieu un jour ??

C'est la question que tous les auteurs se posent.
On en rêve, mais est-ce possible ? 
Il y a forcément quelques noms qui sont sortis de l'ombre et qui en sortiront encore, des gens qui par leur talent, ou par la chance, vont réussir à se faire connaître.
Voir son livre adapté ou traduit, ça vous propulse sur un autre univers. Mon rêve à moi...

Gardons tout de même les pieds sur terre.
Je ne suis pas connue. (A part dans ma famille bien sûr) Je n'ai aucun lien avec le milieu littéraire. (Attendez, si je creuse un peu, je crois bien que mon père a un cousin éloigné qui travaillait autrefois sur une chaîne télé qui n'existe peut-être plus... mmmh c'est sûr ça va m'aider !) Je ne suis pas douée pour me placer ou pour parler en public. (eh je suis romancière, je me cache derrière les mots, comme tous mes collègues !) 

MAIS !! Deux de mes bouquins vont être édités cette année. Et comme je suis une adepte de la zen attitude, il n'est pas question pour moi de me casser la tête avec les années à venir. Vivons au jour le jour, et attendons de voir ce qui se passe.

C'est pas une réponse ça, Machine !!

Oui oh pardon ! 
Comment voulez-vous que je réponde à ma propre question ?? (fallait pas la poser alors !) C'était une question rhétorique de toute façon... (l'excuse)
Tout ce que je peux vous dire, c'est que sans piston, et sans nom connu, ça risque d'être difficile de percer, mais ce n'est pas impossible non plus. Le talent, mes amis, le talent fait tout !!!
Et il y a tant de talents parmi nous !

Alors, en attendant, un conseil : montrez-vous le plus possible. Sur Facebook, sur Twitter (je vous ai mis un lien de mon compte sur ce blog... petit instant promo !!), dans votre librairie locale, dans votre journal local... partout ! 

Je vous invite à me suivre pas à pas, quand mes bouquins sortiront, car je serais obligée d'en passer par là. Je dis "obligée", parce que je ne suis pas à l'aise avec l'idée de me mettre en avant. J'ai toujours détesté ça. Déjà à l'école, je ne levais jamais le doigt. Je connaissais les réponses, mais participer, c'était juste affreux ! Et même si je me suis améliorée niveau sociabilité, je ne suis vraiment pas douée pour divertir les gens. 
Mes personnages ont une répartie de folie, mais moi... Quand la conversation est terminée, je n'en ai toujours pas trouvée, ou alors une très mauvaise. 

L'exercice de promotion de mes livres risque d'être épique ! 

Et merci à mon entourage, qui n'arrête pas de me dire : "oui tu pourras faire tel salon, tu pourras demander à la Fnac ou à Cultura de t'installer un stand, et blabla..." Euh... ok. Mais je peux fuir avant ???

Non mais attendez, je voudrais bien vous y voir vous ! Etre devant des tas de gens qui vous passent devant, et qui vous dévisagent en se demandant bien qui vous pouvez être. (Oh mais c'est Amélie Nothomb ! Ah non. Passons notre chemin, les enfants.) De quoi un écrivain a peur ?? Que personne ne s'arrête, que personne n'achète, que tout le monde voit à quel point son livre n'intéresse personne ! 
Dites-moi donc que vous voulez y aller maintenant ?!

Conclusion

Il était temps me direz-vous !
Oui, il faut être pistonné pour être publié chez Gallimard, chez JC Lattès, et autres. Ou bien tentez de vous faire repérer dans une émission de téléréalité où vous n'avez rien à dire et où vous passez pour un sombre crétin, ça peut marcher aussi. 
En revanche, les moyennes maisons et les petites peuvent nous ouvrir leurs portes. Ne crachons pas dessus ! Jamais ! Ils font un travail de malade ! Et dites-vous que ce n'est pas pour rien que les grosses maisons "prêtent" leurs distributeurs aux petites maisons d'édition, ils ont ainsi un droit de regard sur les ventes. Si un auteur se vend bien, ils se dépêcheront de le voler à la petite maison. Eh oui, c'est comme ça que ça se passe ! Donc il faut y croire, toujours.

En tout cas moi j'y crois à fond ! ^^

1 commentaire:

  1. Les "joies" de l'édition, qui montrent bien que même la culture est un business. C'est aussi pour cette raison que certains blogueurs mettent en avant des auto-édités ou des petites maisons d'éditions, pour les faire connaître. Parce que oui, c'est vrai que les petites maisons font un travail énorme. En tout cas, toutes mes félicitations ! :)

    RépondreSupprimer