Rechercher dans ce blog

mercredi 28 février 2018

Manuscrit refusé !!!

Refusé !


Le cauchemar de l'écrivain... Le refus !
J'ai envoyé mon dernier manuscrit à environ... 50 maisons d'édition que j'ai ciblées.
Et là, hier, dans ma boite mail, l'atroce petit message, l'odieux petit casseur d'espoir : 

"Malgré les qualités indéniables de votre manuscrit, nous ne sommes pas en mesure de le publier à ce jour. Néanmoins, nous serions ravis de continuer à vous suivre, vous pouvez choisir Librinova, blablabla autoédition quoi." Signé : Fleuve Editions.

Bouhouhouhouuuuuuuu




Personne ne m'aiiiiiiime !!!!!


_ Eh oh un peu de dignité, Machine, on est sur un blog, pas au bureau des pleurs !!

Vous avez raison ! Je suis une winneuse, pas une faileuse ! (va falloir que j'arrête avec le franglais) Faisons ensemble le décompte : sur 50 maisons d'édition, 2 ont refusé : Plon et Fleuve.

Pas une grande surprise quand même... Et quel record de vitesse pour ces deux maisons, j'ai envoyé ce manuscrit il y a trois semaines. 

_ Ouais donc, ils l'ont pas lu. 

Chuuuuut petite voix dans ma tête ! Tu gâches tout !


Le refus et l'écrivain


Oui, vous vous dites que j'exagère ! Bon c'est vrai, là j'en fais des tonnes parce qu'avouons-le, Fleuve et Plon, c'est un peu comme de hautes montagnes que nous, petits sans moyens, n'atteindront jamais. 

Mais dans l'absolu, pour l'écrivain, le refus c'est le coup de massue de Laura sur Nicky Larson. (Pardon les jeunes pour cette référence.) Tu t'es tellement enquiquiné à écrire ce bouquin, et en retour, t'as une pauvre phrase polie et impersonnelle pour te signifier que oui, tu peux le remballer ton livre de merde, parce qu'il est naze, parce qu'il est mal écrit, sans originalité aucune, et que l'auteur devrait penser à se pendre au lieu de continuer à écrire des trucs pareils. Ok là j'exagère encore. 

N'empêche que dans nos petites têtes de romanciers, même si on est le plus optimiste du monde (genre moi, je vis au pays des Bisounours tous les jours, et je peux vous dire que je m'y amuse comme une petite folle), on a toujours cette petite angoisse à l'arrivée de ce genre de mails ou de lettres.
Refus = t'as pas de talent, retourne vendre des glaces ! (je vous ai dit que j'avais vendu des glaces aux States ? Ouais ma vie est passionnante !)


M'en fous !!


C'est le mot de la fin le plus approprié. Pas le plus intelligent, j'en conviens.

Mais tant pis pour Fleuve, ils ratent un super livre ! Et puis, dans un coin de ma tête, je pense à JK Rowling, qu'on a viré de partout avec Harry Potter... Hauts les coeurs les amis !!!

Sur ce, les Bisounours m'attendent, à bientôt !!


Edit du 02/03/18


Presses de la cité : nada !!
Editions de Mortagne : iie !!! (je vous ai dit que je parlais japonais ? Oui tant qu'à se planter dans un domaine, autant faire ressortir mes autres (une seule ?) compétences. 
=4 refus ! 

Désolation totale.... bouhouhouhou... 
Puis aussitôt les Bisounours me soufflent : nous on t'aime, viens sur notre arc-en-ciel !! (_ la drogue c'est mal.)

2 commentaires:

  1. Le "malgré des qualités indéniables", je crois qu'il y en a un qui l'a trouvé et refilé à tous les autres. On vit les mêmes choses — depuis un an, c'est idem pour moi. Et quand on voit, ou lit, ce que certains ("grands") éditeurs publient... Courage ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah ah Qu'on m'amène celui qui a trouvé cette petite phrase pourrie alors ! Allez courage, mon collègue, on va finir par tous les détrôner avec notre talent ! ^^

      Supprimer