Rechercher dans ce blog

lundi 23 avril 2018

L'imagination

D'où nous viennent toutes ces idées ??


Puisque personne ne me pose la question, je me vois dans l'obligation de me la poser toute seule.
Oui, c'est triste, je sais.

Quand on dit qu'on est écrivain, aussitôt après avoir croisé le regard moqueur/désintéressé/surpris de notre interlocuteur, apparaît cette idée incroyable : tu es écrivain, donc éloquent, donc tu peux parler devant un public de mille personnes sans soucis, les mains dans les poches, en buvant ton coca à la paille !

Alors, l'écrivain, champion de l'imagination et de l'éloquence ??? Pas tout à fait.

Inspiration


D'où vient-elle si je ne lis que quelques mangas, si je ne regarde pas la télé, et si je me contente d'écouter les lectures de l'Ecole des loisirs de mon fils de 6 ans ?? (grand amateur de livres, entre nous soit-dit, un futur acheteur pour moi !!)

L'inspiration est un truc bizarre.
J'écris depuis que j'ai 12 ans. C'était d'abord une manière détournée de reprendre les jeux d'enfants d'autrefois, quand ma meilleure amie et moi incarnions encore de belles et indomptables Barbies, lesquelles trouvaient tous les Ken moches et affligeants (surtout que nous n'avions que deux pauvres Ken potables pour une quinzaine de Barbies magnifiques, l'égalité hommes/femmes avait encore quelques progrès à faire !).
Écrire, c'était aussi une façon de modifier la réalité pour en faire quelque chose d'excitant et de flippant à la fois. Oui parce que ma vie, c'était plutôt les Bisounours, et pas Princesse Sarah ou Candy (non mais sérieux, personne n'a eu envie de se pendre devant ces dessins-animés ??). J'étais la plus heureuse des ados mais côté aventure, forcément, c'était d'une platitude désespérante !

Du coup, avec ma meilleure amie (oui toujours elle, Tic et Tac, vous connaissez ? Ben c'est nous, et je précise que je suis Tic, c'est très important. On ne rigole pas avec ça.), on s'est mises à écrire, en créant une pléiade de personnages, qui sont quasiment tous restés. 
Ils ont évolué évidemment (imaginez les écrits de l'adolescence, mon personnage était juste la plus merveilleuse du monde et vivait des aventures particulièrement niaises. Note pour moi-même : je devrais penser à enterrer ce premier récit.), ils ont pris une personnalité forte, ils ont un visage, et ont leur propre existence, en quelques sortes.
(_ C'est quel numéro les urgences psychiatriques ??)
Je m'inspire donc d'eux pour tout ce que je crée encore maintenant, ils sont mes moteurs et me guident là où ils ont envie d'aller.
(_ Appelle les pompiers, ça ira plus vite.)

Imagination


Oui, bon, forcément, qui dit écrire des histoires, dit imaginaire. Le gars qui veut écrire et qui n'a pas la moindre vie intérieure dans sa tête, risque de ne jamais dépasser la page 2, allez 3, s'il écrit gros. 

J'ai de l'imagination, ça oui, je peux vous écrire des pages et des pages pour le restant de ma vie ! Mettez-moi devant un ordinateur, une feuille, un ticket de caisse, peu importe, je suis partie !

Pourtant, mon mari soulève un point important, sans le vouloir, en me répétant que je n'ai aucune imagination quand il s'agit d'inventer des jeux pour les enfants.
Ça m'embête énormément de l'avouer, mais il a raison.  Je suis nullissime quand il faut trouver quelque chose à l'oral !

Et ça ne date pas d'hier... "Oh non, le prof met des notes pour l'oral ! Pourquoiiiiiii tant de haine ??!! Allez, je baisse la tête sur ma feuille, il ne me verra jamaiiiiiis !!!! Mouahaha (rire cruel de méchant de dessin animé)"

Dans le quotidien


Oui, parce que je manque d'imagination et de réparti. 
Ça fait beaucoup pour une même femme, non ?
Quand le voisin me croise et me fait une petite vanne pas méchante mais pas marrante, je souris et je réponds par un truc totalement bateau, qui me fait passer pour une cruche ou une fille sans personnalité ! 

Quand la géniale maîtresse de mon fils me dit quelques mots adorables et plein d'humour, moi, je ris, et... je ris. C'est bien hein ? Non c'est pas bien !!!! N'essayez pas de me rassurer ! ( _ Eh oh t'arrêtes de nous engueuler !!) Dès que je suis rentrée chez moi, je trouve un truc bien rigolo à dire, mais bon, voilà, il s'est passé un quart d'heure. 

Donc, non, imagination et éloquence ne sont pas forcément des amies. 


Tu racontes une histoire ??


Nan !!!
Je ne raconte pas d'histoire, pas de contes, pas de trucs avec des fées et des princes ! Il y a de supers écrivains jeunesse pour ça. Moi je n'écris que sur des méchants psychopathes !

"Mes petits anges, Maman va vous raconter l'histoire d'un gentil garçon perdu dans les bois. Par chance il rencontre une belle jeune fille qui connaît la région, elle lui indique son chemin, en échange d'une seule chose : son bras gauche. Lui, pense qu'elle rigole, mais elle lui arrache le bras. Le sang gicle partout, il hurle à la mort ! Elle, termine d'arracher ce bras, puis retourne chez elle joyeusement pour préparer sa soupe de bras. Le garçon titube vers le chemin indiqué, en se vidant de son sang. Il commence à voir trouble, il souffre atrocement, mais il perçoit la ville, au loin. Il va survivre ! Ou pas. Une horde de vautours amateurs de sang, fond sur lui, pour lui picorer la chair fraîche... Le jeune garçon meurt, seul, dévoré par les oiseaux."

Rappel de la moyenne d'âge de mes enfants : 3 ans. 

Tsssss ! Pourquoi tout le monde croit que l'écrivain peut imaginer une histoire en un claquement de doigts ?? Eh non, ça se travaille ! 
C'est comme demander à un humoriste s'il peut raconter une blague, là, maintenant, tout de suite, parce que son job, c'est de faire rire non ? 

_ Bon ben, si t'es pas foutue de nous faire rêver,  tu sers à quoi ???
Excellente question. Je vous laisse y réfléchir, moi je vais aller trouver une répartie. (je reviens dans une heure)


lundi 9 avril 2018

Les fous de lecture

PASSION LECTURE


Depuis que je suis sur Facebook et maintenant Twitter, je "follow" une flopée d'auteurs talentueux, mais aussi des passionnés de lecture, blogueurs, booktubeurs, etc... (j'avoue, je me perds dans les noms)
Tous ont un point commun : ils dévorent des livres à longueur de journées ! Ils arrivent même à poster des avis ! Siiiii !!! Et ils les lisent vraiment, hein !!

J'avoue, je suis top méga impressionnée grave ! Ouais, autant que ça.
Et je cherche à comprendre aussi.


Les autres


Lu sur Twitter : "je lis trop vite, je n'aurais pas assez de livres pour finir la journée" (clin d’œil à toi Claire B. ^^) ou "je viens de terminer le livre d'un tel, je commence celui de Machin, et celui de Truc, j'aurais terminé demain, merci de m'en conseiller quarante nouveaux".

Moi, fin de préface : "j'ai super bien avancé !!! Je peux être fière de moi et m'endormir sereinement"

Je ne force que très peu le trait, malheureusement.

Mon cas


On me répète souvent qu'un écrivain lit énormément. Ah ? Vous êtes sûrs ??
Alors moi je culpabilise en voyant tous ces écrivains sur Twitter et Facebook, qui bouquinent à tout va, je me dis : "non mais Ena, c'est pas possible, tu peux pas continuer à lire Boule et Bill avec tes enfants, faut que tu achètes des livres de grands, comme au temps où tu remplissais ta bibliothèque de vrais livres, et pas de mangas !!"

Comment font ces écrivains pour lire autant ????!
Suis-je bizarre ?? 

Voyons voyons, cherchons l'erreur dans une journée-type avec moi-même  (Je sais que ma vie vous passionne alors, allez, tel Cristiano Ronaldo qui poste une photo de lui pas du tout bizarre en slip, je me lance !! 

Pour les pervers qui flâneraient ici, pas la peine d'espérer, ce blog restera tout public !


Déroulement de journée "made in moi"


  • Je me lève tôt (j'ai des enfants, donc forcément je me lève tôt, un enfant n'aime rester au lit que les jours où il a école... ah on me dit dans l'oreillette que je viens de perdre 90 % de mon public pervers, je suis perplexe quant au 10 % restants.).
  • Je vous passe les détails sans intérêt de mon petit-déjeuner (des céréales et du lait) _ Non mais t'as quel âge sérieux, Ena ?!
  • Je passe aussi tout le reste (préparation pour l'école, répéter quarante fois "mettez vos chaussures", retour de l'école en essayant d'éviter quelques mamans "re-lous") pour qu'on en arrive à mon taf. Je consacre ma matinée à divers travaux qui ne me demandent pas une trop grande concentration (non, les mauvaises langues, je ne suis pas limitée, j'ai un petit dernier dans les pattes. Ah on me dit dans l'oreillette que j'ai perdu 5 % des pervers tenaces.) : je relis ce que j'ai écrit la veille, je fais des recherches pour une couverture, des corrections pour l'une ou l'autre de mes éditrices, je retravaille un vieux roman qui date de quand j'avais 16 ans, je m'informe des avancées sur la twittosphère , etc...

Pause repas (c'est important de préciser que je ne mange pas que des gâteaux devant mon ordinateur). Voilà.
Ensuite, je file me gaver de biscuits devant l'ordinateur, avec ma drogue : le coca zéro ! Écrire sans coca et sans gâteaux, c'est juste... une torture. Possible que je trépasse. 

_ Non mais tu sais ce que contiennent tous ces biscuits industriels dégueulasses ?! Et tu risques de mourir à force de boire toutes ces saletés ! Tu as regardé le documentaire qui te donne envie de te suicider parce que tu ne peux plus rien manger de bon ???

Merci à vous, les frustrés.

  • Dès que petit dernier est à la sieste, je fonce bosser sur mon nouveau roman. J'ai presque trois heures devant moi, je ne gâche pas une minute ! (oui j'ai un fils de rêve, eh ! On a les enfants qu'on méritent hein !)
  • Ensuite, ma vie reprend son cours, je laisse la cinglée dans ma tête et j'essaie de redevenir normale. (j'essaie) 

Et je la mets où, la lecture dans tout ça ??


Je vous l'avais dit, c'est impossiiiiible !!!!!
Et pourtant, je regarde mes amis de Facebook et Twitter (encore eux, je les déteste !) et eux, ont un boulot, une vie avec enfants, et ils lisent ! Beaucoup ! Tout le temps !!

Heureusement qu'ils existent hein, parce que si on comptait sur moi pour faire vivre le monde du livre, c'est la ruine assurée des auteurs !

Donc, je me retrouve avec une liste de bouquins, longue comme la modestie de CR7, et... rien. 

Méga culpabilité


Je me sens rarement coupable. Ben oui, je suis parfaite ! (ok, oubliez ça, ou pas.)
N'empêche que là, pendant que d'autres lisent les bouquins des uns et des autres (que des gens que j'aime bien en plus, et que des bouquins qui m'intéressent !!), moi je suis à la traîne. Alors je retweete, je partage, je fais de la pub, en toute sincérité, mais... est-ce suffisant ? 
À vous tous, auteurs de talent, ne croyez pas que je ne veux pas vous lire, je suis juste... paresseuse, occupée, obligée d'écrire tout le temps ?? Choisissez ce que vous trouvez le moins moche. 

Moi aussi j'aimerais faire partie de votre groupe, dire "ah ouais, il était terrible le dernier de Machine, et je viens d'acheter les trois autres de Trucs". Oui parce que les passionnés achètent une tooooonne de livres !!! En 10 ans, ma bibliothèque s'est enrichie de la collection de Tokyo Ghoul, et d'un livre de Musso, prêté par ma mère (et jamais rendu). 
En revanche, la bibli de mes enfants est pleine à craquer ! Ok c'est pas pareil, mais si vous voulez que je vous cite un extrait de Tchoupi veut un chaton (évitez-le celui-ci, Tchoupi obtient un chat un peu trop facilement je trouve), ou de la Couleur des émotions, je suis calée !

On me signale que les 5 % de pervers restants ont filé. Ouais, c'était trop fêlé, même pour eux, ce dernier passage.

Pour ma défense


Oui, parce qu'à un moment, il faut aussi que je me fasse ma propre avocate !

  1. J'écris tous les jours, même le week-end. Je suis la plus grande paresseuse de la Terre, mais par chance, ma plus grande qualité est aussi d'être extrêmement disciplinée ! (_vas-y hein, jette-toi des fleurs !) Donc, je ne déroge jamais à mes propres règles. L'écriture, c'est comme la course à pieds, plus on s'entraîne, plus on est bons.
  2. J'ai cette impression que lire me coupe l'inspiration. Les mangas, c'est pas pareil, mais les livres, si  j'entre dedans (pour les fans de Nabilla qui traîneraient encore ici, c'est une image évidemment), je n'en sors plus, et c'est un drame pour ma propre imagination ! Ça ne vous le fait pas à vous, écrivains ??
  3. Autre trouble-fête de service : je te pointe du doigt Twitter et Facebook !!!!!! La petite notification qui nous attire et qui nous tire d'une scène importante, le téléphone qui nous nargue sur l'imprimante en nous susurrant "regarde-moi, tu as sûrement raté plein de choses !!", les articles passionnants de nos collègues, les avis des blogueurs... VILAIN TWITTER !!!! VILAIN FACEBOOK !!!!! Et après on s'étonne que je ne lise pas !!!


Cet article est terriblement long !!! Bravo à ceux qui sont allés jusqu'au bout ! Je vous récompense de mon salut de princesse tiens !





mardi 3 avril 2018

Les remerciements

Comment on remercie ??


Je parle bien sûr des remerciements à la fin d'un bouquin, parce que sinon, je sais remercier, merci bien ! (cette blague valait le coup quand même, non ?)

Pour ceux qui ne le savent pas, prenez n'importe quel bouquin et regardez à la fin (pour ceux qui n'ont que des Oui Oui, laissez tomber !), vous y trouverez les fameux "remerciements" de l'auteur. 

Alors, en tant qu'écrivain, qui doit-on remercier ? Et comment ?

Protocole


Je vous le dis tout de suite, il y a encore un an, j'ignorais totalement qu'on devait remercier qui que ce soit. Et sincèrement, je ne voyais pas trop pourquoi je devais passer par cette étape. Eh oh, c'est moi qui l'ai écrit ce livre ! J'ai pensé à écrire ça : 

Remerciements de l'auteur.
"Pour avoir si durement travaillé, pour cette discipline de fer et ce talent indéniable, merci à moi-même ! Je suis un génie !"

La modestie n'empêchant en rien de réfléchir, je me suis dit que j'allais éviter. 

Je vous pose une question : pensez-vous qu'il faut insérer une page de remerciements quand on envoie notre manuscrit à des éditeurs ? 
Tic tac tic tac que répondez-vous ????
Buuuuuup !! (ça c'était la fin du temps imparti)
La réponse est NON ! Surtout pas. Ca fait légèrement prétentieux de déjà remercier quand le bouquin n'est même pas édité. Alors on garde son petit discours pour soi et on l'insérera plus tard, quand l'éditeur nous aura fait signer un gros chèque (non j'déconne ! Vous n'aurez rien du tout, bande de rapaces !!!)


Qui remercier ?


  • Doit-on remercier la maison d'édition ? 

_Oh ben non, ils vont déjà me piquer du fric sur les ventes, ils veulent pas en plus que je les remercie ?! 

Fatal error !!!! Bien sûr qu'il faut les remercier. Ils nous ont donné notre chance alors bon, c'est comme ça, on dit merci.

  • Doit-on remercier la famille ?
Oui, évidemment, s'ils sont des gens géniaux qui vous ont toujours soutenus. En revanche, s'ils s'en fichent comme de l'an 40 de votre livre, s'ils se moquent de vous, ou s'ils vous ont volé la dernière part de tartiflette au dernier repas de famille, vous pouvez les rayer de votre liste.

  • Doit-on remercier les amis ?
Là encore c'est une question de point de vue. Certains amis sont géniaux après tout ! Mais si vous décidez de tous les citer, faites gaffe à ne pas en oublier, ça risque de grincer des dents aux prochains dîners !

  • Peut-on remercier qui on veut ?
Pourquoi pas ? Si vous avez envie de remercier le prof de français de 6ème C, pour vous avoir mis un 15 à votre première rédaction, faites-vous plaisir ! 


Vous avez peur de mal faire ?


Rassurez-vous, tout le monde s'en fout de ces remerciements ! 
Il n'y a que les gens de votre entourage qui les liront (et les grands fans, ou grands malades qui lisent jusqu'au code-barre peut-être ?).

Si vous voulez faire un truc bien, je vous conseille de prendre le livre d'un auteur que vous aimez et de prendre exemple sur lui. Attention, ne recopiez pas bêtement mot pour mot, ce serait bizarre de remercier la mère de Guillaume Musso ! (_elle nous prend vraiment pour des truffes, cette Ena L !).

Moi, j'ai pris exemple sur Bernard Werber. Grand écrivain, et doué pour le remerciement, bravo Bernard (on ne doit pas souvent le féliciter pour ses remerciements après tout).